Sans nom

Prêts pour une longue promenade ? oui ? Alors chaussez vous bien, car nous partons visiter

le mont ST MICHEL

D'abord un peu d'histoire

"Merveille de l'Occident", le Mont Saint-Michel se dresse au coeur d'une immense baie envahie par les plus grandes marées d'Europe.
C'est à la demande de l'Archange Michel, "chef des milices célestes", qu'Aubert, évêque d'Avranches construisit et consacra une première église le 16 octobre 709. En 966, à la demande du Duc de Normandie, une communauté de bénédictins s'établit sur le rocher. L'église préromane y fut alors élevée avant l'an mil.
Au XIème siècle, l'église abbatiale romane fut fondée sur un ensemble de cryptes, au niveau de la pointe du rocher et les premiers bâtiments conventuels furent accolés à son mur nord.
Au XIIème siècle, les bâtiments conventuels romans furent agrandis à l'ouest et au sud.
Au XIIIème siècle, une donation du roi de France Philippe Auguste à la suite de la conquête de la Normandie, permit d'entreprendre l'ensemble gothique de la Merveille : deux bâtiments de trois étages couronnés par le cloître et le réfectoire.
Au XIVème et XVème siècle, la guerre de cent ans rendit nécessaire la protection de l'abbaye par un ensemble de constructions militaires qui lui permit de résister à un siège de plus de trente ans.
le choeur roman de l'église abbatiale, effondré en 1421 fut remplacé par le choeur gothique flamboyant à la fin du Moyen-Age.
Ce grand foyer spirituel et intellectuel fut avec Rome et Saint-Jacques de Compostelle l'un des plus importants pèlerinages de l'Occident médiéval. Pendant près de mille ans des hommes, des femmes, des enfants sont venus, par des routes appelées "chemin de Paradis", chercher auprès de l'Archange du jugement, peseur des âmes, l'assurance de l'éternité.
Devenue prison sous la Révolution et l'Empire, l'Abbaye nécessitera d'importants travaux de restauration à partir de la fin du XIXème siècle. Elle est confiée depuis 1874 au service des monuments historiques.
La célébration du millénaire monastique en 1966 a précédé l'installation d'une communauté religieuse dans l'ancien logis abbatial perpétuant la vocation première de ce lieu ; la Prière et l'Accueil. Les Frères et les Soeurs des Fraternités Monastiques de Jérusalem assurent cette présence spirituelle depuis 2001.
Parallèlement au développement de l'abbaye un village s'organise dès le Moyen-Âge . Il prospère sur le flanc sud-est du rocher , à l'abri de murailles remontant pour la plupart à la guerre de Cent ans. Ce village a depuis toujours une vocation commerciale.
Inscrit au "Patrimoine Mondial" par l'Unesco en 1979, ce haut lieu touristique reçoit aujourd'hui plus de trois millions de visiteurs par an. http://www.ot-montsaintmichel.com/fr/histoire.htm

vous pourrez aussi connaître la légende en allant sur ce site http://www.le-mont-saint-michel.org/histoire.htm

Nous sommes arrivés. Il pleut. Quel dommage. Tant pis, nous verrons bien. Il est tôt. 8h30. Certains magasins sont fermés. Cela nous permet de monter tranquillement jusqu'a la basilique.

Pour entrer dans le village du Mont-Saint-Michel, il faut emprunter, porte du Roy, un pont levis qui enjambe une fosse défensive.

Mont ST MICHEL 004

Mont ST MICHEL 007

Mont ST MICHEL 008

Mont ST MICHEL 006

Un restaurant très réputé nous accueille, mais il est bien trop tôt pour manger la fameuse Omelette de la mère Poulard.

La « Mère Poulard » est née Anne Boutiaut (surnommée Annette) le 16 avril 1851 à Nevers, et morte le 7 mai 1931 au Mont Saint-Michel, elle fut une cuisinière française, mondialement connue pour son auberge et sa fameuse omelette.

La mère Poulard développa cette recette après avoir remarqué que les pèlerins arrivaient affamés au Mont-Saint-Michel. Il lui fallait donc un plat facile et rapide à préparer à toute heure. Aujourd’hui encore, on peut y voir battre les œufs en rythme avec un long fouet dans un grand récipient de cuivre.

Lorsque le restaurateur parisien, Robert Viel, écrivit à la mère Poulard pour lui demander sa recette, celle-ci lui envoya cette réponse :

Monsieur Viel,
Voici la recette de l’omelette : je casse de bons œufs dans une terrine, je les bats bien, je mets un bon morceau de beurre dans la poêle, j’y jette les œufs et je remue constamment. Je suis heureuse, Monsieur, si cette recette vous fait plaisir.
Annette Poulard
http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A8re_Poulard

Voir une photographie de la Grande Rue au début du 20ème siècle

Enseigne du restaurant La Mère Poulard

Pour les lecteurs pressées qui cherchent la recette de l'omelette de la Mère Poulard : Battre des oeufs très frais (au moins deux oeufs par personnes), saler, poivrer légérement. Mettre dans une poêle un bon morceau de beurre frais, ne pas le laisser roussir. Jetez les oeufs dans la poêle. Remuez constamment, sans grater le fond de la poêle. Quand les oeufs sont prit, ne pas trop cuire l'omelette (1 à 2 minutes maximum). Rouler l'omelette et la déposer sur un plat. Manger immédiatement cette succulente omelette de la Mère Poulard.
<<< Enseigne du Restaurant La Mère Poulard, au bas de la Grande Rue.

* Ne pas confondre Poulard et Poularde comme le font souvent les internautes lors de leurs recherches sur Internet.

http://www.le-mont-saint-michel.org/mere-poulard-01.htm

continuons a avancer. A cette heure ci pas de monde. Tant mieux

                               95418562

en haut, dans la corniche, une vierge

95418732

95418807

95419553

95419640

Mont ST MICHEL 016

un autre éscalier

Mont ST MICHEL 015

Mont ST MICHEL 017

imagesCA4G4MR2