th6

                                               L'espace Pierre sèche

EspacePierreSeche

L’idée de créer à Aragon un Espace Pierre Sèche a vu le jour en 1998 à la suite d’une réflexion commune de la municipalité d’Aragon et de l’association Pierre Sèche en Montagne Noire, soutenue par la Fédération de la Pierre Sèche (association nationale). Cet espace, parmi les premiers du genre en France, a été inauguré le 1er septembre 2002, à l’occasion de la Journée Nationale du Village. un espace couvert de près de 60 m², adossé au Prieuré, dans lequel la présentation se lit comme une fresque tout au long des murs. http://aragonencabardes.fr/espaces-patrimoniaux/

IMG_0099

IMG_0099_001

IMG_0101

IMG_0102

Le jardin du curé et ses stèles discoïdales

Les stèles discoïdales d’Aragon

La commune d’Aragon possède, à ce jour, une série de onze stèles discoïdales, provenant probablement de l’ancien cimetière et intégrées dans le mur de clôture (côté sud) lors d’une réfection à l’époque moderne. Grâce à leur redécouverte par Albert Dupont il y a quelques années, ces stèles ont puêtre étudiées.

IMG_0145

IMG_0146

IMG_0153 

Qu’est-ce qu’une stèle discoïdale?

Dans nos régions, les stèles discoïdales sont des monuments funéraires chrétiens. Elles sont constituées d’un pied, de forme variable, surmonté d’un disque généralement plein, le plus souvent orné sur les deux faces et taillé dans la roche locale (grès, calcaire, …).
Plantées à la tête de la tombe, ces stèles avaient un rôle de signalisation funéraire et par certains détails pouvaient rappeler la profession ou l’appartenance sociale de la personne.

IMG_0142-002

La croix, sous ses différentes formes (latine, grecque, …), est le motif le plus représenté sur le disque.

Le disque des stèles était presque au ras du sol; c’était d’ailleurs nécessaire pour que le pied, qui est parfois assez court, soit bien enraciné en terre et assure la bonne tenue de l’ensemble.

IMG_0142-001

Apparues à l’époque médiévale, les stèles discoïdales sont, peut-être, la survivance de traditions funéraires gallo-romaines.

Le Jardin médiéval

IMG_0122

Ce jardin évoquant les jardins du moyen-âge (XIIIe-XIVe) est situé en contrebas de la rue du Paro. Il permet de redonner un décor approprié à l’entrée de la zone haute du village, formant autrefois le castrum. Il est la reproduction de ce qu’était un jardin de château, d’hôtel ou d’abbaye participant à la vie spirituelle mais aussi matérielle. http://aragonencabardes.fr/patrimoine-bati/

IMG_0123

IMG_0125

Le jardin donne sur l'arrière du chateau

IMG_0134

Il regroupe des plantes :

  • alimentaires (légumes, aromates et condiments)
  • médicinales (souvent appelées les simples car elles permettaient de fabriquer des remèdes avec une plante unique)
  • utilitaires (fournissant des fibres textiles ou des colorants)
  • liturgiques (pour orner les autels)    http://aragonencabardes.fr/patrimoine-bati/

                                                      Le castrum (vieux village)

IMG_0135

IMG_0131 

La façade actuelle s’organise entre deux tours carrées de petite section. Très remanié, le château comporte quelques éléments remarquables en milieu de façade : la porte (XVIème-XVIIème siècles), encadrée par deux colonnes reposant sur des bahuts au décor en pointe de diamant , est surmontée des vestiges d’une bretèche (XVème siècle). les fenêtres à meneau ont été restituées à l’époque moderne. http://aragonencabardes.fr/patrimoine-bati/

IMG_0137 

th (1)